Influencée par l’impressionnisme, à la limite de l’abstrait et du figuratif, ses toiles sont empreintes d’un certain romantisme et souvent habitées par des personnages quelque peu mélancoliques. Ils sont endimanchés, en compagnie d’un violon, d’un violoncelle, mêlés à des scènes de danse, de carnaval…

Par un style libre mais travaillé, ce peintre s’éloigne du motif pour laisser deviner l’invisible qui se cache derrière ses sujets. Qu’ils soient paysages ou personnages, ils se fondent dans un enchevêtrement graphique et coloré qui donne à chaque tableau un mouvement, une profondeur et une forme d’irréalité.

La vision poétique qui lui est personnelle reflète une belle approche émotionnelle qui ne laisse pas indifférent.


"Le rêve c’est l’activité imaginaire et gratuite de la sensibilité " Reverdy

 

Sa passion pour la couleur la conduit vers une forme d’expressionnisme débridé où chaque figure est distribuée dans des ballets mouvants…Margaux semble à chaque fois osciller entre lyrisme et poésie.

Dans cette mouvance, malgré les défis de ses rouges et de ses bleus électriques, la palette de Margaux, à l’image de son tempérament, demeure toujours retenue. Ce qui apparaît le plus dans sa peinture c’est vraisemblablement ce passage fragile qui existe entre le chaud et le froid, l’ombre et la lumière… Elle n’affirme pas, mais propose avec pudeur le fruit de ses exaltations. Si l’intensité émotionnelle se caractérise pour certains par de vigoureuses gesticulations, chez Margaux, la structure cristalline de ses tableaux lui a permis d’atteindre une synthèse de rythme conforme à l’harmonie de ses sentiments.

Nous retrouvons la tentation de l’improvisation fougueuse mais ses impulsions ne sombrent jamais dans le désordre. Son attention à saisir la vie dans des moments d’ardeur se résume toujours à un dynamisme mesuré exprimant une joie calme aux accents poétiques. J.L. Sébastien, août 2006

 

Margaux, la peinture du mouvement intérieur !

On n’épuise jamais son plaisir d’observation de la couleur qui vous entraîne au cœur de la matière modelée.

On imagine un geste actif qui fait naître et disparaître la forme. Elément central, elle se transforme en volume imposant profondeur et ampleur.

Avec Margaux, 
on voyage souvent de la peinture à la plastique !
L’espace s’intériorise mais le rayonnement vous touche ! B. Moinard

 

 

Pour MARGAUX, les générations se suivent et s'assemblent.

Dans ses premières toiles, les enfants sont omniprésents. S’agit-il d’une déformation professionnelle ou de la nécessité de "reprendre son art là où elle l’avait laissé" ? Les tableaux suivants représentent des femmes en situation de musique, de danse. La joie ! la fête !...

A ses œuvres, Margaux donne ce mouvement qui va de l’intérieur vers l’extérieur. Les évoquer amène très vite à parler de profondeur de couches successives qui sont autant de vies superposées.

Géologie artistique…Margaux est l’archéologue qui sonde en elle cet enchaînement logique des générations qui l’ont construite et elle le transmet par la peinture…Cathy Dugast, Journal du pays Yonnais, juin 2006.

Retour à l'artiste